Archives de catégorie : Billets

créer une couche à partir de l’étendue de ses cartes à imprimer

Dans cet article, je vous parlerai d’un petit script QGIS python permettant de présenter sur votre carte l’étendue de vos cartes à imprimer. Ce sera aussi l’occasion de voir comment créer un traitement one-click pour la boîte à outils traitement.

J’habite une région magnifique, la Provence, et voilà un certain temps que je prépare mes randos du week end grâce à QGIS.

D’ailleurs, si vous ne le savez pas déjà, sachez qu’il est possible de bénéficier des cartes IGN dans QGIS sans clé avec cette adresse-là : 

https://wxs.ign.fr/pratique/geoportail/wmts?SERVICE=WMTS&REQUEST=GetCapabilities

(cf cet article sur le site de l’IGN)

J’ai une petite couche de données appelée tracés qui me permet de tracer mes futures randos, et de suivre celles que j’ai réalisées. J’ai aussi une couche de points qui me permet de marquer des secteurs intéressants.

Je pourrais utiliser geoportail.gouv.fr pour imprimer mes cartes, mais l’avantage que je vois avec QGIS est de vraiment pouvoir contrôler l’aspect de mes cartes, leur échelle d’impression. Je peux par exemple superposer une grille de 1 km de côté comme sur les cartes randos de l’IGN que l’on trouve chez le libraire. Cela s’avère très pratique une fois en balade.

Le souci, c’est que comme cela fait un certain temps que je crée mes cartes de randos sous QGIS, je me retrouve avec un nombre incalculable de composeurs d’impression (appelés composers sous QGIS 2 et print layouts sous QGIS 3)

Il s’avère que toutes les cartes de rando que j’ai exportées correspondent à des randos que j’ai réalisées. Autrement dit, si je pouvais représenter sur ma carte l’étendue de toutes ces cartes, cela me permettrait de me rappeler des secteurs où j’ai marché dans la région. 

Il y a d’autres cas où cela peut être utile, dans un cadre plus professionnel. Imaginez par exemple un agent de votre organisation qui aurait créé des cartes à tout va pour préparer une mission terrain, mais pour lequel il se révèlerait assez dur quelques mois plus tard de vous dire sur une carte les zones sur lesquelles il aurait travaillé.

En fait, il suffirait de créer une couche de polygones rectangulaires récupérés depuis l’étendue de mes cartes pour voir ces zones.

Le code python

S’il n’existe pas de fonction toute prête sous QGIS pour reporter dans une couche les polygones rectangulaires correspondant aux étendues des cartes à imprimer, nous avons quand même accès à  toutes les fonctions de l’API QGIS.

Si vous voulez tester votre code python, ce que vous pouvez tout simplement faire, c’ est d’ouvrir la console python et d’y créer un petit script (en allant dans le menu Extension > Console Python).

Voici le code que vous pourrez mettre dans la console ou dans votre script de console, pour récupérer dans une couche mémoire l’étendue de vos cartes (valable pour QGIS3).

def getCompositionExtents(crsCode=2154) :
    
    # layer
    vl = QgsVectorLayer("Polygon?crs=EPSG:%s"%(crsCode), "Extent Polygons", "memory")

    # defining CRS
    crs = vl.crs()
    crs.createFromId(crsCode)
    vl.setCrs(crs)
    
    # data provider
    pr = vl.dataProvider()

    # start editing
    vl.startEditing()
    
    # add attributes
    vl.addAttribute(QgsField("name", QVariant.String))


    # get compositions
    projectInstance= QgsProject.instance()
    projectLayoutManager = projectInstance.layoutManager()
    comps = projectLayoutManager.printLayouts()

    # iterate over compositions
    feats = list()
    for comp in comps :
        nom = comp.name()
        print(nom)
        for item in comp.items() :
            if (isinstance(item, QgsLayoutItemMap)) :
                print("toto")
                print(item)
                e = item.extent()
                feat = QgsFeature()
                feat.setGeometry(QgsGeometry.fromRect(e))
                feat.initAttributes(1)
                feat.setAttribute(0, QVariant(nom))
                feats.append(feat)

    # add features
    pr.addFeatures(feats)

    # commit changes
    vl.commitChanges()
    
    return(vl)
    
def addLayerToCanvas(vl) :
    # add layer to canvas
    QgsProject.instance().addMapLayer(vl, False)
    layerTree = iface.layerTreeCanvasBridge().rootGroup()
    layerTree.insertChildNode(-1, QgsLayerTreeLayer(vl))
    
    
vl = getCompositionExtents() # create layer from extents
addLayerToCanvas(vl) # add layer to canvas

Pour lancer le script, cliquez juste sur le petit triangle vert

Et voilà, cela devrait vous créer une couche avec l’étendue des cartes à imprimer de votre projet

Décodage

Voici les éléments clés du code :

projectInstance= QgsProject.instance()
projectLayoutManager = projectInstance.layoutManager()
comps = projectLayoutManager.printLayouts()

Ce code permet de récupérer les print layouts dans une variable appelée comps

feats = list()
for comp in comps :
    nom = comp.name()
    for item in comp.items() :
        if (isinstance(item, QgsLayoutItemMap)) :
            e = item.extent()
            feat = QgsFeature()
            feat.setGeometry(QgsGeometry.fromRect(e))
            feat.initAttributes(1)
            feat.setAttribute(0, QVariant(nom))
            feats.append(feat)

Ici, on itère à travers toutes les compositions. Pour chaque composition, on aura un objet, une feature.

feat.setGeometry(QgsGeometry.fromRect(e)) permet d’affecter une géométrie à la feature depuis le rectangle formé par l’étendue

feat.initAttributes(1)
feat.setAttribute(0, QVariant(nom))

permet d’attribuer la variable nom (qui comprend le nom de la composition) à la première colonne

def addLayerToCanvas(vl) :
    # add layer to canvas
    QgsProject.instance().addMapLayer(vl, False)
    layerTree = iface.layerTreeCanvasBridge().rootGroup()
    layerTree.insertChildNode(-1, QgsLayerTreeLayer(vl))

Cette fonction permet juste d’ajouter la couche créée artificiellement au canevas, soit, à la carte

Création d’un traitement python pour la boîte à outils Traitement

Exécuter un script depuis la console python n’est pas la chose la plus élégante à faire. Il y a deux externalités possibles à ce bout de code, voire même trois.

Les voici dans un ordre de difficulté d’implémentation croissante :

  1. Créer une macro à l’ouverture du projet : automatiquement, une couche se crée à l’ouverture du projet
  2. Créer un traitement pour la boîte à outils Traitement
  3. Créer un plugin

Dans mon cas, j’ai préféré créer un traitement QGIS. Un plugin serait un peu trop ambitieux pour ce cas d’usage, quoiqu’un bouton dans l’interface aurait pu être utile.

Pour créer le traitement, créez un nouveau script, par exemple depuis un modèle :

Vous trouverez sur ce lien le code complet pour créer un traitement pour la boîte à outils Traitement

Cela créera une rubrique My Scripts dans la boîte à outils Traitement.

Cela apparaîtra de cette façon-là quand vous l’exécuterez :

Décodage

Dans le script, les fonctions name, displayName, group, groupId permettent de paramétrer la façon dont le script apparaîtra dans la boîte à outils Traitement.

(sink, dest_id) = self.parameterAsSink(
    parameters,
    self.OUTPUT,
    context,
    flds,
    3,
   crs
)

permet de paramétrer les méta-data de la couche. 3 est le type géométrique de la couche. fldset crs sont les champs et système de projection de la couche

feats  = self.fGetExtentFeaturesFromPrintLayouts()
for feat in feats :
    sink.addFeature(feat, QgsFeatureSink.FastInsert)
    
# Return the results of the algorithm
return {self.OUTPUT: dest_id}

calcule les features associées aux étendues (voir fonction créée précédemment) et les met dans le sink.

Note : pour les fonctions qui sont personnelles, je rajoute le petit préfixe f afin de bien les dissocier des fonctions QGIS du modèle.

Il y a vraiment beaucoup à faire et de quoi s’amuser quand on plonge dans l’API et QGIS offre plein de voies possibles afin d’implémenter des traitements originaux.

Et après ?

Nous pourrions imaginer rapatrier le nom des communes intersectées par ces rectangles, voir quelle surface cela représente en tout et révéler les zones de la région qui resteraient encore à explorer !

Petit rappel des gists :

 

 

Datagistips

datagistips, axé sur l’opensource SIG et l’opendata des données spatialisées, essaie de rendre la donnée amusante, via des cas d’usage inspirés du quotidien. Il informe aussi de nouveautés, sur certaines technologies, à appliquer dans le domaine de la géomatique. Se voulant original, il tente de relier au domaine SIG, des sphères communément extérieures à celle-ci : celle des statistiques, de la récupération de données depuis Internet, ou du design génératif appliqué à la cartographie.

a QGIS tip : find mid-points of lines with no coding, only plugins


Recently, a colleague of mine asked me if it was possible to generate mid-points for lines. The problem was that he had barrage data represented as lines and he wanted to see them on a map. So, getting the mid-point for these lines was a way to get the barrage location and put a symbol to each of it..

I searched the net and fell upon a gis stackexhange that mentionned a programming routine under python console
Also, an article by Martin laloux, a belgium GIS specialist could have been helpful to manage that.
These solutions could have been implemented under the form of a sextante toolbox function, or a plugin. But what if, like my colleague, you don’t know how to code ? It’s possible to generate mid-points from lines using QGIS plugins. Just follow the steps :
– Create a set of polylines
– Separate the lines from the polylines with the sextante QGIS algorithm “explode lines”
Add a unique identifier for every line with the calculator :
Extract the nodes
Add the geometry columns
Use group stats, applying average on both X and Y, then copy-paste the results in libreoffice. Save the file as csv
Add the csv as a spatial layer
Here we are !