Catégories d’utilisateurs-Outils OpenSource

Avant de vouloir étendre l’utilisation des outils SIG au sein d’une structure, il est important de dissocier différentes catégories d’utilisateurs suivant leurs besoins. Ceci afin de faire correspondre à chacune un outil, voire une technologie d’accès à l’information géographique.

Je propose ici une classification des utilisateurs en trois catégories. Cette dissociation est personnelle, et est bien sûr sujette à discussion.

Du niveau le plus élémentaire au niveau le plus avancé:
-la première représente l’utilisateur dont le seul accès à l’information géographique suffit. Son besoin de navigation, d’accès à l’information est basique et doit être instantané, le plus rapide possible. Les clients légers basés sur des technologies de serveur cartographique correspondent à ce niveau d’utilisation. Comme on peut estimer que tout un chacun s’est déjà servi de google maps, via michelin, ou mappy, on peut considérer qu’un utilisateur lambda peut correspondre à cette catégorie.

-la deuxième correspond à l’utilisateur dont le SIG est une composante importante de son métier. Le SIG l’aide dans ses décisions et il est amené à présenter des cartes à divers partenaires, lors de réunions. Il peut aussi alimenter des bases de données sans pour autant devoir en créer. C’est un utilisateur de technicité supérieure assez autonome dans la réalisation de travaux cartographiques. Contrairement à l’utilisateur de la catégorie précédente, il aura besoin d’une formation initiale avant d’atteindre ce niveau de compétences. On observe souvent que des solutions propriétaires sont utilisées par ces agents alors que des solutions issues du monde libre satisfont amplement ce niveau d’utilisation (voire peut-être trop?).

-La troisième concerne l’utilisateur dont le SIG est un outil du quotidien dont l’utilisation représente plus de la moitié des activités. Il crée des bases de données pour les agents, réalise des requêtes complexes, par exemple à des fins statistiques. Il est référent au sein de son service, voire de la structure. Des logiciels du monde libre peuvent satisfaire ses besoins tels UDig, QGIS, GRASS mais il utilise généralement des solutions propriétaires. MapInfo, ArcView sont souvent ses outils de travail.

La deuxième catégorie d’utilisateur est une catégorie cible si l’on souhaite intégrer la dimension géographique au sein d’une structure. Il s’agit, progressivement, d’amener les agents de niveau d’utilisation faible vers ce niveau intermédiaire. Le coût de cette migration est financièrement nul dans la mesure où l’on a affecté à cette catégorie l’utilisation de logiciels opensource.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.